Votre fiducie fêtera bientôt son 21e anniversaire? Parlez-en à votre notaire!


par
LRV Notaires


_____

Au cours des vingt dernières années, les fiducies familiales ont gagné en popularité. De nombreux entrepreneurs les utilisent, notamment, afin de fractionner leurs revenus avec certains membres de leur famille et ainsi réduire leur imposition.

Toutefois, ces bénéfices ne peuvent s’étendre jusqu’à l’infini. Ainsi, la plupart des fiducies résidentes du Canada sont assujetties à une mesure fiscale, prévue au paragraphe 104(4) de la Loi de l’impôt sur le revenu, laquelle a pour but d’éviter le report indéfini de l’impôt sur la plus-value accumulée sur les biens de la fiducie. Cette mesure est communément appelée « Règle du 21 ans ».

Le paragraphe 104(4) LIR énonce une présomption de disposition des biens de la fiducie à son 21e anniversaire et à tous les 21 ans par la suite. Ainsi, la fiducie est présumée avoir disposé, à la date de son 21e anniversaire, de chacun de ses biens (sauf les biens exonérés ou exclus) pour un produit égal à sa juste valeur marchande (JVM) et avoir acquis le bien de nouveau immédiatement après ce jour pour un montant égal à cette valeur. Bien que cette disposition-acquisition soit, dans les faits, théorique, il n’en demeure pas moins qu’elle arrive avec une facture d’impôt! En effet, cette disposition présumée peut générer un gain en capital imposable, une récupération d’amortissement ou tout autre revenu, et peut entraîner une facture fiscale potentiellement élevée.

Que faire alors pour éviter une telle facture fiscale?

Différentes planifications sont possibles :

  • Distribuer des biens à l’un ou plusieurs des bénéficiaires de la fiducie avant l’arrivée du 21e anniversaire de la fiducie;
  • Procéder à une dévolution irrévocable avant l’arrivée du 21e anniversaire de la fiducie;
  • Ne rien faire et permettre à la disposition réputée de se produire.

Quelle que soit l’option choisie, un peu de planification s’impose afin de trouver une solution optimale. Il est également à noter que certaines situations particulières, telle la présence de bénéficiaires mineurs, de non-résidents canadiens ou de citoyens américains, se doivent d’être prises en considération avant de passer à l’acte afin d’éviter de mauvaises surprises.

Nous vous invitons donc à communiquer avec notre équipe de notaires spécialisés, lesquels pourront vous conseiller et vous épauler afin de faire face à cet anniversaire qui approche.



 
Du même auteur
À QUI REVIENT LA RESPONSABILITÉ DU PAIEMENT D’UNE COTISATION FISCALE NON REMISE PAR UNE PERSONNE MORALE DISSOUTE?

LRV Notaires
Droit des affaires


Plusieurs personnes croient, à tort, que les obligations fiscales d’une personne morale s’éteignent automatiquement à la dissolution de celle-ci. Dans les faits, ces obligations fiscales peuvent être reportées entre les mains des administrateurs de cette personne morale, ou encore entre les mains de son actionnaire unique, si certaines conditions sont rencontrées.


Changement à la loi pour la vente d’une résidence principale

LRV Notaires
Droit des affaires


Au Québec, il est reconnu que la vente de la résidence principale n’entraînera aucun gain en capital imposable. Jusqu’à tout récemment, l’Agence du Revenu du Canada se montrait relativement souple quant à cette règle et acceptait de laisser l’exonération même si aucune désignation prouvant qu’il s’agissait réellement de la résidence principale n’était faite. Cependant, depuis octobre 2016, la Loi a été changé afin d’obliger la déclaration d’une telle vente.


VOIR PLUS D'ARTICLES
 
Tous Nos articles
L’organisation juridique et l’utilité du livre de la société à jour

Me Marie-Claude Lavoie
Droit des affaires


Une fois que l’entrepreneur a décidé sous quelle Loi il désire incorporer sa société, il doit procéder au dépôt des statuts constitutifs auprès du registraire des entreprises du Québec ou d’industrie Canada. À cette étape, il est crucial « d’organiser » la société.


Société provinciale ou fédérale : laquelle devriez-vous choisir?

Me Marie-Claude Lavoie
Droit des affaires


Plusieurs entrepreneurs se demandent s’ils doivent choisir d’incorporer leur nouvelle société en vertu de La Loi sur les sociétés par actions (Québec) (LSA), qui deviendra une société provinciale ou encore en vertu de la Loi canadienne sur les sociétés par actions (LCSA), qui deviendra alors une société fédérale.



VOIR PLUS D'ARTICLES