Achat d’une maison en copropriété : comment protéger votre mise de fonds?


par Me Caroline Béland

Notaire et médiatrice familiale, associée, St-Jérôme

cbeland@lrvnotaires.com

450 432-4134 poste 258


_____

Martin et Marie achètent leur première maison d’une valeur de 300 000$. Martin investit à titre de mise de fonds une somme de 100 000$ alors que Marie investit 35 000$. Le 165 000$ restant sera remboursé à l’aide d’un prêt hypothécaire qui sera payé, moitié moitié, par Martin et Marie.

Qu’adviendra-t-il si Martin et Marie se séparent? Est-ce que chacun reprend sa mise de fonds? Est-ce que le solde du produit de la vente (plus-value) sera divisé en parts égales? Ou divisé en respectant les mêmes proportions que celles des mises de fonds?

Si Martin et Marie n’ont rien prévu, ils seront pris au dépourvu! Lorsque la maison sera vendue et que l’acte de vente sera publié, le notaire remettra un chèque total au nom de Martin et Marie à moins que ces derniers n’aient signé une convention de mise de fonds qui prévoit d’autres modalités!

Convention de mise de fonds ou de copropriété, mais qu’est-ce que c’est? Si vous faites vos recherches sur internet pour le savoir, vous serez fort déçu, car malheureusement peu de personnes ont écrit à ce sujet. Sachez qu’il est possible de faire une convention qui pourrait traiter de plusieurs éléments tels que : la mise de fonds de chacun des propriétaires, les proportions de contribution de chacun dans le remboursement du prêt hypothécaire et des autres frais (électricité, taxes foncières etc.), le réexamen périodique de la convention, ce qu’il adviendra en cas de vente de la propriété etc.

Si Martin et Marie étaient mariés et que l’un d’eux utilisait, comme mise de fonds, de l’argent lui provenant d’une donation ou d’un héritage, quelles sont les conséquences?
Pour éviter de vous embarquer dans une galère, parlez-en à notre équipe de notaires spécialisés.


 

 
Du même auteur
Avez-vous pensé à la médiation familiale?

Me Caroline Béland
Droit immobilier


La médiation familiale est un moyen de régler les conséquences de votre rupture sans avoir à en débattre devant le tribunal. Elle permet de partager vos opinions, vos craintes et vos demandes dans un climat favorable aux échanges.


Cohabitation durant la pandémie, dur sur le couple n’est-ce pas?

Me Caroline Béland
Droit immobilier


Le coronavirus n’aura pas eu que des incidences négatives dans le domaine hospitalier et sur les milieux de travail, plusieurs conflits familiaux en résultent. Stress, fatigue, épisodes dépressifs, divergences d’opinions quant au budget, consommation de toutes sortes, conciliation travail/famille, encore plus en mode télétravail et j’en passe. Pour certains, les conflits ont grandi et la séparation est devenue inévitable. Ils tentent alors d’éviter d’autres types de disputes en discutant de la garde des enfants, de la pension alimentaire et du partage des biens, dont la maison familiale, mais ils s’y perdent ou ne s’entendent pas. 


VOIR PLUS D'ARTICLES
 
Tous Nos articles
La reprise du logement : plus complexe qu’il n’y paraît?

Me Audrey-Ann Lapierre
Droit immobilier


Parmi les droits dont jouit un locataire ayant un bail résidentiel, le droit au maintien dans les lieux, lui permettant de rester dans son logement pour le temps qu’il souhaite, est fondamental. La reprise d’un logement par le propriétaire constituant une exception à ce droit, les règles et les conditions pour y parvenir sont complexes et strictes, d’où l’importance de les démystifier afin d’éviter toutes mauvaises surprises. Ainsi, dans le cadre d’une vente d’immeuble locatif, le nouveau propriétaire, s’il souhaite reprendre possession d’un logement, se doit d’en vérifier les conditions et d’entreprendre les démarches nécessaires, puisque la vente en elle-même n’entraîne pas l’éviction des locataires en matière résidentielle.


Un ensemble immobilier : des règles impératives à respecter !

Me Marie-Claude Lavoie
Droit immobilier


En collaboration avec Camille Plamondon, candidate à la profession

La Loi sur la Régie du logement a récemment changé de nom. Elle s’appelle maintenant la Loi sur le Tribunal administratif du logement (la « Loi »). Bien que la Loi ait changé de nom, son objectif demeure le même : la protection des droits des locataires. La Loi prévoit également des dispositions particulières d’ordre public lorsqu’il s’agit d’un ensemble immobilier


VOIR PLUS D'ARTICLES