Qu’est-ce que l’assurance titre ?


par Me Audrey-Ann Lapierre

Notaire, Terrebonne

alapierre@lrvnotaires.com

450 416-3206 poste 282


_____

Comme son nom l’indique, l’assurance titres offre une protection contre les dommages relativement aux titres existant sur un immeuble. Mais qu’est-ce qu’un « titre »? En fait, les expressions « titres » ou « titres de propriété », correspondent à chacun des actes (vente, donation, échange, déclarations de transmission, etc.) qui constate un droit de propriété en faveur d’une personne dans un immeuble donné. Ainsi, l’ensemble des titres de propriété qui s’enchaînent sur un immeuble au fil des ans représente une « chaîne de titres » et ce sont les titres contenus de cette chaîne, qui, lorsqu’ils contiennent une irrégularité, peuvent être couverts par ce type d’assurance.

Au-delà de cette couverture, l’assurance titres protège également contre d’autres problématiques reliées à la propriété telles qu’une non-conformité à un règlement municipal, un empiètement ou une vue illégale chez le voisin, toutes des irrégularités qui sont souvent décelées par le notaire lors de l’examen du certificat de localisation.

L’assurance titres peut être souscrite autant lors d’un achat que lors d’un refinancement et peut assurer autant un créancier qu’un nouvel acheteur. Cette assurance est en vigueur, pour l’acheteur, tant qu’il demeure propriétaire de l’immeuble et couvre pour un montant équivalant au prix d’achat. Quant au créancier, il demeure assuré tant qu’il ne libère pas l’emprunteur pour un montant équivalant à la garantie hypothécaire.

D’une part, ce type d’assurance peut servir de protection à long terme si un problème ne peut être corrigé ou que le propriétaire ne souhaite pas en faire la correction. Néanmoins, comme le problème demeure, lors d’une revente, le propriétaire pourrait être tenu de payer une assurance titres pour son futur acheteur et son créancier, réduire le prix de vente en conséquence ou même corriger le problème. De même, s’il refinance sa propriété par la suite, il pourrait devoir souscrire à une nouvelle assurance titres pour son créancier. D’autre part, l’assurance titres peut être utilisée comme protection temporaire en attendant de régulariser une situation. À titre d’exemple, si un garage est non conforme à un règlement municipal, puisqu’il ne respecte pas la marge de recul minimale, une assurance titres pourrait être prise en attendant d’obtenir une dérogation mineure de la ville. Par contre, dans l’éventualité où la ville refusait, l’assurance titres continuerait de couvrir les assurés.

L’assurance titres peut aussi, lors d’un refinancement, être prise pour éviter d’avoir à refaire un certificat de localisation lorsque l’ancien ne représente pas l’état actuel de l’immeuble ou qu’il est trop vieux pour le créancier. Toutefois, le même principe subsiste, si le propriétaire augmente la garantie ou change de créancier dans le cadre d’un refinancement subséquent, une nouvelle assurance titres devra être prise.

La prime de cette assurance est unique. Lors d’une vente, elle est généralement à la charge du vendeur puisqu’il doit garantir le droit de propriété à l’acheteur. Lors d’un refinancement, elle est plutôt à la charge de l’emprunteur.

Il est important de noter que l’assurance titres ne couvre pas les problématiques reliées à un vice caché, un vice de construction de la maison ou encore une irrégularité créée par l’assuré lui-même. Enfin, il ne faut pas perdre de vue que la souscription à une assurance titres protège contre un dommage potentiel sans toutefois corriger le problème existant. C’est uniquement en cas de réclamation que l’assureur procédera à la correction de la situation à ses frais et indemnisera pour la perte de valeur engendrée le cas échéant, et ce, sans nécessité de payer une franchise.

En résumé, l’assurance titres protège contre des irrégularités du passé dont elle a déjà la connaissance et qui pourraient causer des dommages dans l’avenir et non pour des évènements futurs et inconnus de l’assuré.

Somme toute, le notaire est le professionnel tout indiqué pour vous conseiller sur la pertinence d’une assurance titres pour votre transaction immobilière. N’hésitez donc pas à en discuter avec lui. C’est d’ailleurs lui qui en fera la demande au moment opportun. Pour plus d’informations, les notaires de notre équipe de droit immobilier restent à votre disposition et se feront un plaisir de vous aiguiller sur le sujet.


 

 
Du même auteur
La reprise du logement : plus complexe qu’il n’y paraît?

Me Audrey-Ann Lapierre
Droit immobilier


Parmi les droits dont jouit un locataire ayant un bail résidentiel, le droit au maintien dans les lieux, lui permettant de rester dans son logement pour le temps qu’il souhaite, est fondamental. La reprise d’un logement par le propriétaire constituant une exception à ce droit, les règles et les conditions pour y parvenir sont complexes et strictes, d’où l’importance de les démystifier afin d’éviter toutes mauvaises surprises. Ainsi, dans le cadre d’une vente d’immeuble locatif, le nouveau propriétaire, s’il souhaite reprendre possession d’un logement, se doit d’en vérifier les conditions et d’entreprendre les démarches nécessaires, puisque la vente en elle-même n’entraîne pas l’éviction des locataires en matière résidentielle.


Les implications de la légalisation du cannabis pour les locateurs

Me Audrey-Ann Lapierre
Droit immobilier


Depuis le 17 octobre dernier, la consommation de cannabis est légale au Canada. Or, certaines balises ont été mises en place au Québec afin d’y encadrer la consommation, la possession et la culture du cannabis.


VOIR PLUS D'ARTICLES
 
Tous Nos articles
La reprise du logement : plus complexe qu’il n’y paraît?

Me Audrey-Ann Lapierre
Droit immobilier


Parmi les droits dont jouit un locataire ayant un bail résidentiel, le droit au maintien dans les lieux, lui permettant de rester dans son logement pour le temps qu’il souhaite, est fondamental. La reprise d’un logement par le propriétaire constituant une exception à ce droit, les règles et les conditions pour y parvenir sont complexes et strictes, d’où l’importance de les démystifier afin d’éviter toutes mauvaises surprises. Ainsi, dans le cadre d’une vente d’immeuble locatif, le nouveau propriétaire, s’il souhaite reprendre possession d’un logement, se doit d’en vérifier les conditions et d’entreprendre les démarches nécessaires, puisque la vente en elle-même n’entraîne pas l’éviction des locataires en matière résidentielle.


Un ensemble immobilier : des règles impératives à respecter !

Me Marie-Claude Lavoie
Droit immobilier


En collaboration avec Camille Plamondon, candidate à la profession

La Loi sur la Régie du logement a récemment changé de nom. Elle s’appelle maintenant la Loi sur le Tribunal administratif du logement (la « Loi »). Bien que la Loi ait changé de nom, son objectif demeure le même : la protection des droits des locataires. La Loi prévoit également des dispositions particulières d’ordre public lorsqu’il s’agit d’un ensemble immobilier


VOIR PLUS D'ARTICLES