Changement à la loi pour la vente d’une résidence principale


par
LRV Notaires


_____

Au Québec, il est reconnu que la vente de la résidence principale n’entraînera aucun gain en capital imposable. Jusqu’à tout récemment, l’Agence du Revenu du Canada se montrait relativement souple quant à cette règle et acceptait de laisser l’exonération même si aucune désignation prouvant qu’il s’agissait réellement de la résidence principale n’était faite. Cependant, depuis octobre 2016, la Loi a été changé afin d’obliger la déclaration d’une telle vente.

Que doit-on déclarer ?

Selon les modifications apportées à la loi, toutes les ventes et les dispositions réputées de résidence principales qui ont eu lieu depuis le 1er janvier 2016 doivent être déclarées. Ainsi, non seulement, si vous vendez votre résidence principale, mais aussi si vous vendez ou transférez la résidence principale d’un défunt ou encore si vous changer l’utilisation de la résidence, il sera important de remplir les formulaires appropriés.

Comment profiter de l’exonération ?

Pour s’assurer que le gain en capital réalisé lors de la vente de la résidence principale ne soit pas imposé, il faut remplir l’annexe 3, Gain (ou pertes) en capital de la Déclaration de revenus et de prestations des particuliers T1.

Attention :

Si l’immeuble n’a pas été votre résidence principale pendant toutes les années ou vous en étiez propriétaire, il sera aussi nécessaire de remplir le formulaire T2091 ou le formulaire T1255.

Si vous avez utilisé une partie à des fins de location ou d’entreprise, vous devrez également répartir le prix de vente et le prix de base rajusté en proportions de ce que vous avez utilisée comme résidence principale et de ce que vous avez utilisée à d’autres fins. Vous pouvez effectuer cette répartition en fonction de la superficie ou du nombre de pièces, pourvu que la répartition soit raisonnable.

Que faire si j’oublie de déclarer la vente de ma résidence principale ?

En cas d’oubli, il est toujours possible de demander à l’Agence du Revenu du Canada de modifier votre déclaration, mais une pénalité pourrait s’appliquer.

Selon l’Agence du Revenu du Canada, la pénalité correspond au moins élevé de 8 000 $ ou 100 $ pour chaque mois entier depuis la date limite initiale prévue pour la déclaration jusqu'à la date où votre demande de modification a été présentée sous une forme que l'agence juge acceptable.

En bref, si vous avez vendu votre résidence principale en 2016 ou par la suite, assurez-vous de déclarer la vente ou de le mentionner à votre comptable pour qu’il complète la documentation nécessaire. Pour plus d’informations nous vous invitons à consulter le site de l’Agence du Revenu du Canada.



 
Du même auteur
À QUI REVIENT LA RESPONSABILITÉ DU PAIEMENT D’UNE COTISATION FISCALE NON REMISE PAR UNE PERSONNE MORALE DISSOUTE?

LRV Notaires
Droit immobilier


Plusieurs personnes croient, à tort, que les obligations fiscales d’une personne morale s’éteignent automatiquement à la dissolution de celle-ci. Dans les faits, ces obligations fiscales peuvent être reportées entre les mains des administrateurs de cette personne morale, ou encore entre les mains de son actionnaire unique, si certaines conditions sont rencontrées.


En quoi consiste la déclaration de copropriété?

LRV Notaires
Droit immobilier


Acheter un condominium c'est adhérer à une collectivité. Afin de pouvoir vivre le plus harmonieusement possible, cette communauté se doit d'édicter des règles que nous retrouvons dans la déclaration de copropriété. La déclaration de copropriété doit être respectée par tous les copropriétaires et ses locataires. C'est pour cette raison que la déclaration de copropriété doit être lue avec attention et bien comprise. La déclaration de copropriété se compose de trois éléments, soit l'acte constitutif, les règlements de l'immeuble et l'état descriptif des fractions.


VOIR PLUS D'ARTICLES
 
Tous Nos articles
La reprise du logement : plus complexe qu’il n’y paraît?

Me Audrey-Ann Lapierre
Droit immobilier


Parmi les droits dont jouit un locataire ayant un bail résidentiel, le droit au maintien dans les lieux, lui permettant de rester dans son logement pour le temps qu’il souhaite, est fondamental. La reprise d’un logement par le propriétaire constituant une exception à ce droit, les règles et les conditions pour y parvenir sont complexes et strictes, d’où l’importance de les démystifier afin d’éviter toutes mauvaises surprises. Ainsi, dans le cadre d’une vente d’immeuble locatif, le nouveau propriétaire, s’il souhaite reprendre possession d’un logement, se doit d’en vérifier les conditions et d’entreprendre les démarches nécessaires, puisque la vente en elle-même n’entraîne pas l’éviction des locataires en matière résidentielle.


Un ensemble immobilier : des règles impératives à respecter !

Me Marie-Claude Lavoie
Droit immobilier


En collaboration avec Camille Plamondon, candidate à la profession

La Loi sur la Régie du logement a récemment changé de nom. Elle s’appelle maintenant la Loi sur le Tribunal administratif du logement (la « Loi »). Bien que la Loi ait changé de nom, son objectif demeure le même : la protection des droits des locataires. La Loi prévoit également des dispositions particulières d’ordre public lorsqu’il s’agit d’un ensemble immobilier


VOIR PLUS D'ARTICLES